L'évasion d'Uk'Not'Allag

 

Le Clan resurgit de l'ombre 

De mémoire de Sage, cela fait longtemps que des Roublards n'avaient été aperçus du côté d'Amakna... Jusqu'en cette fin Apérirel 636, ils étaient plutôt discrets. Certains même les croyaient disparus... 

Mais ils sont revenus ! Un, deux, parfois quatre Roublards ont été vus du côté du Port de Madrestam, ou postés aux alentours du Château d'Amakna ! 
A ceux qui les ont questionnés sur la raison de leur présence, ils ont répondu d'une seule et même voix : "Le temps est venu ! Le démon muselé fera bientôt entendre sa voix, et connaître son nom !". Puis ils s'éclipsaient tels des ombres... Qui aurait pu deviner que de la réussite de leur mission dépendait l'avenir d'Amakna, et du Monde entier ? Dans le plus grand secret, les Roublards devaient s'assurer que le chemin de la Prison d'Amakna à Brâkmar la sombre était dégagé, et qu'il le resterait jusqu'à la fin de la semaine... 
Quelques jours s’étaient écoulés depuis que les Roublards avaient été aperçus. Les nuages s'étaient massés, sombres et menaçants, dans le ciel d'Amakna. Le vendredi 21 Apérirel serait à marquer d'une pierre blanche... ou noire… peut-être même que cette pierre serait tâchée de sang ! 
Un nom aux sonorités rugueuses roulait sur les lèvres des guerriers de Brâkmar : Uk’Not’Allag’ ! Le démon était enfermé depuis quelques centaines d'années dans les geôles d’Amakna. Peu se souvenaient de son nom, cela s'était passé il y a si longtemps ! Uk' avait jadis envahi Amakna et réduit la population en esclavage pour s'emparer des Dofus. Mais Allister, un jeune Féca, réussit après quelques péripéties à enchaîner Uk'Not'Allag' à l'aide d'entraves magiques. Affaibli, privé de ses sortilèges, le démon fut emprisonné... Et en reconnaissance de ce fait héroïque, Allister fut proclamé roi d’Amakna ! 
En vérité la justice populaire d'Amakna aurait bien exécuté le démon, mais personne ne savait comment s'y prendre. Car même affaibli, le démon restait puissant ! Le Roi Allister décida de l'enfermer dans les geôles : l'oubli serait son châtiment ! C'est ainsi que Uk'Not'Allag' prit la poussière durant des décennies, ruminant sa vengeance tout ce temps... 
Si les Amaknéens avaient pris la peine de fouiller le démon, ils auraient trouvé son nécessaire de laideur, et sa lime à ongles. Avec cet ustensile il avait l'habitude d'affûter ses griffes en préparation de ses étripages hebdomadaires... Et grâce à cette lime, petit à petit, Uk'Not'Allag' réussit à desceller les pierres de sa cellule. Cela lui prit tout de même plusieurs siècles... Et, pendant ce temps, le démon trompait la vigilance des Amaknéens : de sa cellule, il réussit à prendre contact avec ceux qui lui étaient restés fidèles, mais nul ne sait encore comment il accomplit ce tour de force. 

Uk'Not'Allag - Le plan, l'évasion

Enfin le plan fut mis à exécution dans le plus grand secret... Léthaline Sigisbul, mercenaire d'Astrub expérimentée, avait été recrutée pour l'évasion. Elle mit ses talents d'invocatrice et de dresseuse au service des démons. Vil Smisse missionna Mor-Ovach, l'un de ses dévoués Roublard, pour seconder Sor-Taroth : l'Ecaflip serait le bras armé des forces Brâkmariennes, meneur de troupes. Et le jour dit, les silhouettes massives des Minotorors dressés par Sigisbul se dressaient près de la prison d'Amakna. La mercenaire était fin prête, bientôt rejointe par Mor-Ovach et Sor-Taroth menant les brâkmariens. La prison fut prise d'assaut avec force hurlements et imprécations. C'est ainsi que Uk'Not'Allag' fut libéré. 
Tout aurait été au plus mal dans le plus mauvais des mondes, si une forêt d'ailes blanches ne s'était dressée sur le chemin du retour... En effet, les allées et venues des Roublards avaient excité la curiosité d’Aimoh, l’homme de main de Freliwan, et il était resté à surveiller les parages. Dès qu’il avait aperçu les mouvements des troupes brâkmariennes, Aimoh s’était précipité à la rencontre de Freliwan, dans la caserne de Bonta. 

« Des brâkmariens ! Ils sont en grand nombre et ont assiégé la prison d’Amakna ! » avait dit dans un souffle Aimoh, et Freliwan, devinant l’ampleur du danger, avait sonné l’alarme. Une partie des forces bontariennes furent envoyées patrouiller dans les environs de Brâkmar, tandis que l’autre partie se ruait vers la prison d’Amakna, sous le commandement d’Aimoh. 

Repoussés une première fois dans la prison, les Brâkmariens ne durent leur salut qu'à la présence d'esprit de Sigisbul, qui lâcha une armée de Dopeuls sur les troupes aux ailes blanches. Pendant ce temps, un contingent de Bontariens avait enfoncé les lignes brâkmariennes. Leur progression fut ralentie par des Brâkmariens en faction, et stoppée aux portes de la ville par la milice. 
Au même moment, Uk’Not’Allag’ était sorti de prison, et commençait à marcher avec son escorte vers Astrub.

Il s'est dirigé ensuite vers le Champs du Repos, longeant la forêt des Abraknydes, entouré de ses fidèles, et haï par ses ennemis. 
Après nombre de combats entre les deux camps, Uk’Not’Allag’ s’est rapproché du village des Brigandins, bifurquant ensuite vers le Sud, redonnant aux Brâkmariens une vigueur nouvelle.

De son côté, Freliwan avait atteint la lisière de Cania et Sidimote, et mandait les Bontariens à cet endroit pour fortifier la passe et barrer le chemin du démon. Et tandis que l'escorte d'Uk’Not’Allag’ forçait le barrage 
en longeant la montagne, les troupes Bontariennes se ruaient à sa poursuite. Freliwan, blessé durant les combats, dut se replier vers Bonta.

L'échine voûtée, le souffle court, et des cernes pendantes sous les yeux, c'est un Uk'Not'Allag' bien fatigué mais heureux qui a rejoint Brâkmar, bientôt rejoint par Léthaline Sigisbul.. Le démon a alors clamé sa joie à la foule des combattants aux ailes rouges. Il leur déclara qu’une ère nouvelle attendait Brâkmar. Mais Uk'Not'Allag' devrait d'abord trouver un moyen de se libérer de ses entraves. Et Rushu, le démon suprême, l'avait d'ores et déjà convoqué, sans doute pour lui révéler la manière de se libérer.

Epuisé, Uk' se retira dans la Tour de Brâkmar,accompagné par la foule en liesse, et ses admiratrices qui tombaient sur son passage, foudroyées par la laideur (et sans doute aussi l'odeur) du démon. Plusieurs centaines d'années sans bain, ça laisse des traces.


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

EPISODE 1 !