Les Chants de Nowel [Edition Intégrale] - Carole Nowel

Premier chant de Nowel

Il y a bien longtemps, dans un recoin de l'île de Frigost, sur une terre gelée par la malédiction de Djaul, vivait la famille de Nicolas Nowel. Nicolas était un Enutrof fabricant de jouets, sans doute le meilleur de tout Frigost. Il était aussi très généreux, et une fois par an, au mois de Descendre, il essayait de réchauffer le cœur transi des enfants sages en leur offrant à chacun un jouet fabriqué dans son atelier.

La petite affaire familiale prenait de l'ampleur de jour en jour. Pour répondre à la demande, Nicolas s'associa à un autre Enutrof nommé Groosce, un comptable tatillon doté d'un solide sens pratique. Groosce s'ouccpa de gérer les dépenses de l'entreprise. Il embaucha des Glutins comme ouvriers pour augmenter la production : ces créatures fort habiles ne réclamaient pour tout salaire que quelques marrons glacés - ce qui convenait parfaitement au vieux pingre qu'était Groosce - et le droit de faire une farce de temps en temps.

La popularité de Nicolas Nowel (surnommé affectueusement le père Nowel) devint telle que tous les enfants de Frigost parlaient de lui. Une telle célébrité fit le tour de l'île glacée, et parvint aux oreilles de certaines créatures peu recommandables.
Un monstre croqueur d'enfants sévissait dans une sombre forêt reculée. Son nom était imprononçable, et son ventre vide. Ayant du mal à trouver de quoi se mettre sous la dent, l'indicible créature ourdit un plan machiavélique. Pourquoi ne pas se servir de la renommée du fabricant de jouets pour attirer les enfants avec des cadeaux ?

S'affairant dans son antre, le monstre emballa tout et n'importe quoi dans du papier brillant, puis déposé des présents un peu partout dans les bois. La plupart du temps, les paquets colorés étaient ramassés par des créatures sauvages, mais quelques enfants tombèrent tout de même dans le piège. Ces quelques en-cas ne firent que décuplé la vivacité de l'orgre. Pour agrandir son territoire de chasse, il devait se résoudre à quitter la forêt et sortir au grand jour. Mais il n'aurait jamais osé faire cela sans l'aide providentielle d'un homme d'affaires sans scrupules.

Partageant une profonde antipathie pour Nicolas Nowel et pour les bons sentiments, les deux affreux personnages montèrent une entreprise de fabrication de jouets concurrente de celle de Nowel. Les présents furent offerts « de la part du Papa Nowel, le seul véritable père Nowel ».
En quelques années, l'entreprise prospéra à grands renforts de publicité mensongère, de dessous de table et de pressions diverses – quand on menace de vous dévorer, vous avez tendance à vous montrer conciliant. 

Nicolas et Groosce tentèrent de réagir, mais ils ne pouvaient rivaliser avec des concurrents aussi malhonnêtes. La fabrique de jouets tourna au ralenti, puis cessa son activité. 
Criblé de dettes, Nicolas Nowel dut licencier les glutins. Il fut obligé de vendre son entreprise et sa maison... qui furent évidemment rachetés par ceux qui étaient la cause de sa chute.

Il est dit qu'un malheur n'arrive jamais seul. Nicolas Nowel venait à peine de quitter sa demeure qu'un séisme ébranla toute la région. Le bout de terre glacée sur lequel se trouvait la maison de Nowel fut arraché à l'île de Frigost avant de se mettre à dériver lentement vers le large... Cette catastrophe n'avait rien de naturel : elle était l'œuvre du démon Djaul, qui comptait se servir de la malédiction jetée sur Frigost pour jeter un froid en Amakna et tenter une fois de plus de battre Jiva, son éternelle rivale.

C'est ainsi que Nicolas Nowel, son fils Hector, sa nièce Carole, son associé Groosce et les ouvriers glutins (restés malgré leur licenciement, le stock de marrons glacés n'étant pas encore épuisé) se retrouvèrent bloqués sur un îlot perdu flottant sur l'océan. Au bout de quelques temps, ils s'aperçurent que le sinistre Papa Nowel faisait lui aussi partie de ce voyage inattendu...

Deuxième chant de Nowel

La fin de l'an 639 fut une période particulière, tant pour les peuples vivant sur le continent que pour les habitants de l'île de Nowel.
En Descendre de cette année, le gardien du phare du bout du monde n'aperçut aucune terre gelée au large des côtes. Pourtant, le village d'Amakna était complètement enneigé, signe de l'influence de l'île sur le climat.

Félix et Zezette Nowel, des Enutrofs qui campaient depuis peu à l'ouest du port de Madrestam, dévoilèrent à la population les événements étranges ayant amené à cette situation inhabituelle.

Ces deux anciens aventuriers, lointains cousins de Nicolas Nowel avait élu domicile sur l'île glacée afin de l'étudier pour le compte des érudits de Khopen et Nagues. c'est en tout cas l'explication qu'ils donnaient quand on les interrogeait sur la raison de leur présence sur l'île. En réalité, le couple d'Enutrofs voulait se lancer dans le commerce de jouets provenant de la maison du Papa Nowel.

Félix et Zezette annoncèrent donc qu'ils avaient constaté des changements climatiques au cours des mois passés. La température de l'eau semblait avoir grimpé, entre le nombre sans cesse grandissant d'aventuriers, le développement de l'élevage massif de Dragodindes et la déforestation incessante. Les courants sous-marins étaient perturbés, et ils avaient gardé l'île éloignée du continent.

Comme si cela n'étais pas assez inquiétant, les deux Enutrofs apprirent à la population qu'une catastrophe c'étais produite... Chassé en Novamaire de la Presqu'Île des Dragoeufs par des héros belliqueux, les terribles Grozilla et Grasmera s'étaient enfuis par la mer, emportant les dernières Krokilles en vie avec eux. Les deux dragons avaient nagés encore, jusqu'à ce qu'ils se retrouvent face a l'Île de Nowel. A peine avaient-ils foulé de leurs griffes ce nouveau terrain de jeu qu'ils avaient commencé à semer le chaos, massacrant Sapiks et les Mininuits ! 

Alors que toutes les créatures de l'île de Nowel vivaient dans la peur, quelque chose d'inattendu arriva. Les Krokilles que Grozilla et Grasmera avaient entreposées dans une caverne pour les protéger arrivèrent à maturité et... elles explosèrent toutes en même temps.

Un morceau de l'île de Nowel fut propulsé dans les airs par l'explosion ! Cette parcelle de neige et de glace monta très haut dans le ciel... avant de retomber et de s'écraser tout droit sur le village d'Amakna.

C'est sur ce morceau de glace que se trouvait le campement du couple Nowel, l'endroit où ils stockaient les cadeaux soutirés aux créatures de l'île, ainsi qu'un petit groupe de Glutins farceurs. Tous avaient miraculeusement survécu à la chute ! En revanche, une fois leur surprise passée, les Glutins s'étaient de voler les cadeaux des Nowel et de s'enfuir avec...

Ainsi donc, depuis les événements de 639, Félix et Zezette doivent tous les ans faire appel aux aventuriers pour retrouver leurs marchandises volées par les Glutins. Les caisses disparues finissent invariablement entre les mains des gardiens qui règnent sur les donjons (personne ne leur fait de cadeaux, à eux, ils sont donc obligés de se servir sans demander la permission), il n'est donc pas si facile de les récupérer... mais que ne ferait-on pas pour apporter un peu de joie aux enfants sages du Monde des Douze ?

Troisième chant de Nowel

Le monstre dont il est question dans le Premier Chant n'est pas le seul à avoir causé bien des ennuis a Nicolas Nowel. Sans doute avez vous entendu parler du terrible Père Fwetar ?

Cette créature du même acabit que le Papa Nowel - avec un appétit gigantesque, et une cervelle inversement proportionnelle - avait tenté plusieurs fois de s'en prendre aux enfants qui venaient régulièrement visiter l'Atelier de Nicolas. Le Père Fwetar se cachait sous les escaliers ou dans les coins sombres de la fabrique de jouets, ou encore derrière les machines à cadeaux. Il étais le plus souvent repéré par les Glutins, qui ne l'aiment guère. Il faut dire qu'il n'avait aucun sens de l'humour.

Nicolas avait essayé de raisonner l'ogre, mais autant parlé à un Iop... Les friandises proposées en échange d'un peu de retenue ne semblaient guère avoir d'effet. Malgré de multiples mises en garde, le Père Fwetar revenait toujours, attiré par la chair fraîche.

L'ouvrier Gluzern, qui comme tous les Glutins était végétarien, se mit en tête de faire changer le monstre de régime alimentaire. Il essaya tout: la soupe aux choux, à l'oignon, à la grimace, au caillou ; les salades de betteraves, de navet, de cawottes ; les champignons farcis à la Lykhen, le pain fourré aux croûtons, les amandes particulièrement salées. Rien n'y fit, et les choses tournèrent au vinaigre pour Gluzern, qui un matin ne se présenta pas au travail. Beaucoup pensent qu'il fût croqué par le Père Fwetar. D'autres, plus optimiste, dise qu'il aurait pris goût à la viande hachée à force de fréquenter l'ogre et qu'il serait parti s'installer à la Foire du Trool pour ingurgiter toute la journée les repas presque équilibrés de chez Maxims.

Les tentatives pour calmer le monstre ayant échoué, Nicolas dut se résoudre à employer la manière forte. Avec l'aide d'un chasseur de passage qui ne craignait rien, sauf les Araknes, il prépara un piège pour le capturer. Mais les filets ne suffirent pas à retenir le Père Fwetar. Nicolat finit donc pas enfermer la vilaine bête à tripe tour dans sa cave, où elle resta pendant de longues années... jusqu'à ce que la maison change de propriétaire.

Le nouveau maître des lieux qui n'était autre que le sinistre Papa Nowel, eut la mauvaise surprise de découvrir cet encombrant locataire lorsqu'il s'installa dans l'ancienne demeure de Nicolas. Il s'avéra que le Père Fwetar était le plus méchant des deux monstres. Il expulsa son concurrent sans ménagement et pris possession de la maison.

Battu et humilié, le Papa Nowel dut se résoudre à élire domicile au fond d'une caverne de glace. Depuis lors, il prépare sa revanche pour se venger du terrible affront qu'il a subi... Mais pour ruminer, mieux vaut avoir le ventre plein. Aussi l'ogre se préoccupe-t-il d'abord de remplir son estomac, ce qui n'est guère facile quand on est exilé sur une île au beau milieu de l'océan. 

Quant au Père Fwetar, il a redécoré la maison à son goût, n'hésitant pas à torturer pour se distraire les pauvres peluches abandonnées par les Glutins...

Quatrième chant de Nowel

Carole Nowel

Dans le Premier chant de Nowel, il est dit que Nicolas le fabriquant de jouets fut ruiné par un homme d'affaire sans scrupules, qui entraîna la faillite de l'atelier des Glutins et chassa Nicolas Nowel de sa propre maison. Mais qui était cet homme aux noirs desseins, et qu'est-il devenu ?

John Jemperson était un alchimiste imbuvable qui avait pourtant fait fortune en créant un breuvage prétendument miraculeux: Le Cocalane, "la boisson qui fais tout passer". Cet élixir aux propriétés multiples autant que douteuses était consommer régulièrement par de nombreux Frigostiens. Elle se servait glacée, ce qui était pratique vu le climat de l'île.

Toujours soucieux d'accroître son tas de kamas, Jemperson proposa à Nicolas Nowel une association. Ah, si tous les enfants pouvaient se mettre à boire du Cocalane, cela serait fort profitable ! Mais Nicolas avait déjà un associé. Groocse, un comptable à qui on ne la faisait pas. Il reconnut vite en Jemperson un être encore plus avare que lui, et il refusa tout net l'offre du richissime alchimiste.

Furieux d'avoir été promptement éconduit, Jemperson décida de se venger. Entendant certaines rumeurs selon lesquelles Nowel aurait ouvert une filiale dans une sombre forêt, il se rendit sur place... et tomba nez-à-nez - ou plutôt nez-à-crocs - avec une horrible créature. Après un semblant de discussion que l'on imagine tendue, Jemperson et le monstre croqueur d'enfants se découvrirent un point commun : une profonde antipathie pour Nicolas Nowel et pour les bons sentiments. Il n'en fallut pas plus pour qu'un accord soit trouvé entre les deux affreux personnages.

Jemperson décida d'investir une partie de sa fortune pour créer une entreprise anonyme concurrente de celle de Nowel. Privilégiant la quantité au détriment de la qualité, il distribua des cadeaux à tout le monde, y compris aux pires garnements, aux monstres errants et aux escrocs de la pire espèce. Même les bots sans cervelle auraient été servis s'il y en avait eu sur Frigost. 
Les présents furent offerts " de la part du Papa Nowel, le seul véritable père Nowel". Le rôle du Papa Nowel fut confié au monstre, qui fut ravi du stratagème : grâce à un habile déguisement, il put endosser cette fausse identité et enfin quitter la forêt. 

Le plan diabolique fonctionna. La petite entreprise de Nicolas Nowel ne pouvait lutter contre les méthodes de Jemperson. Le vieil artisan dut mettre la clef sous la porte et vendre sa maison. Pour couronner le tout, l'intervention de Djaul l'arracha à sa terre natale, l'envoyant errer sur les mers glacées, loin des enfants de Frigost qui peut à peut l'oublièrent.

Avec Nicolas partit faire une très longue croisière, la vengeance de Jemperson était assouvie. Distribuer des cadeaux n'avait plus raison d'être... et n'était guère rentable. Jemperson mit donc fin à son activité de fabricants de jouets bas de gamme. Le Papa Nowel n'étant plus là pour terroriser les clients réticents, les affaires de Jemperson périclitèrent. Les ventes de Cocalane stagnèrent, puis s'effondrèrent. Jemperson décida de se faire oublier ; il partit avec un sac plein de kamas, et on n'entendit plus parler de lui. 
Certains prétendent qu'il aurait tenté de rencontrer le Comte Harebourg pour lui proposer une affaire du tonnerre...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

EPISODE 1 !